Institut de Cardiologie Personnalisée Lyon 


-A +A

Vous êtes ici

La syncope neurocardiogénique

  • Qu’est-ce que la syncope neurocardiogénique ?

Elle est due à un « dysfonctionnement » temporaire du système nerveux autonome (la partie du système nerveux central qui ne dépend pas de la volonté), qui régule la pression artérielle et la fréquence cardiaque. Cette sensation de vertige temporaire, habituellement due à un réflexe nerveux anormal ou excessif, entraîne la dilatation des vaisseaux sanguins périphériques alors que la fréquence cardiaque diminue. Par conséquent, la pression artérielle chute brutalement et la circulation cérébrale ralentit. Le niveau de vigilance du cerveau est ainsi affaibli et peut, en cas d’affaiblissement prolongé, provoquer une perte de connaissance.

  • Quels sont les différents types de syncope neurocardiogénique ?

On trouve parmi les syncopes neurocardiogéniques la syncope vasovagale (également appelée évanouissement), la syncope par hyperexcitabilité du sinus carotidien et la syncope situationnelle. La syncope vasovagale peut être causée par différents facteurs, comme les chocs, la vue du sang ou l’orthostatisme prolongé (i.e. rester debout pendant un long moment). La syncope par hyperexcitabilité du sinus carotidien est provoquée par la stimulation du sinus carotidien - partie de l’artère carotide située dans le cou et qui régule la pression artérielle. La syncope situationnelle est quant à elle liée à des situations particulières telles que la défécation, la miction, la déglutition, la toux, l’éternuement et une alimentation trop lourde.

  • A quelle fréquence se produisent les syncopes neurocardiogéniques ?

La syncope neurocardiogénique est la plus fréquente. Elle peut toucher tout le monde sans exception, quels que soient l’âge et l’état de santé. Cependant, dans la plupart des cas, les épisodes restent occasionnels et se produisent généralement peu de fois dans une vie. De plus, une fois le diagnostic posé et le patient rassuré quant au caractère bénin du pronostic, les épisodes ont souvent tendance à disparaître.

  • Quelles sont les perspectives d’avenir pour un patient présentant une syncope neurocardiogénique ?

Les épisodes n’entraînent pas de risques de décéder ou de développer d’autres maladies. Néanmoins, ils peuvent conduire à des blessures, quelquefois sérieuses. Chez les patients dont les symptômes sont très fréquents, ces épisodes peuvent également altérer la qualité de vie, en raison du risque d’anxiété et de dépression, et limiter fortement les activités professionnelles ainsi que les relations sociales.

  • Quel est le traitement en cas de syncope neurocardiogénique ?

Dans la majorité des cas, de simples changements de comportement (comme ceux décrits plus bas) suffisent à contrôler les symptômes. Peu de patients nécessitent des traitements spécifiques, comme par exemple certains médicaments et/ou un pacemaker.